Quinze-milles scientifiques recommandent une transition vers la nourriture végétale

Un nouveau ‘avertissement à l’humanité’ à été publié et signé par 15.000 scientifiques du monde entier. Le message est une mise à jour de l’avertissement original envoyé par l’Union des scientifiques inquiets (Union of Concerned Scientists) qui a été rédigé il y a 25 ans et a été soutenu par 1700 signatures. Selon les experts la situation s’est empirée depuis 1992 et pratiquement tous les problèmes ont été exacerbés. L’humanité reste confrontée à une menace existentielle alimentée par la consommation incontrôlée de ressources limitées. Selon eux, ‘les scientifiques, les politiciens, les médias et les citoyens’ ne font pas assez pour lutter contre la crise environnementale qui est en cours.

C’est le bon moment pour agir

Si le monde ne se met pas à agir rapidement, il y aura une perte de biodiversité catastrophique qui entraînera des quantités incalculables de souffrance humaine. Depuis 1992, le seul problème environnemental que nous avons réussi à gérer est l’expansion du trou dans la couche d’ozone. Le trou a rétréci, grâce à la réaction adéquate de la part des gouvernements. Nous devrions utiliser cet exemple comme preuve que quand nous avons la volonté, nous pouvons implémenter de vraies solutions qui fonctionnent. Malheureusement, toutes les autres menaces n’ont fait que s’empirer et le moment viendrait où les dégâts seraient irréversibles.

“Bientôt, il sera trop tard pour nous éloigner de notre trajectoire défaillante, et le temps presse”, prévient la lettre. “Nous devons reconnaître, dans nos vies quotidiennes et dans nos institutions, que la Terre avec toute sa vie est notre seule maison.”

Les scientifiques ont proposé des solutions concrètes que nous devrions adopter d’urgence si nous souhaitons nous éloigner de cette trajectoire. Nous devrions réduire le nombre d’enfants que nous avons et nous devrions favoriser l’adoption d’énergies vertes à toutes les niveaux de notre société et économie.

Ils ont également souligné l’importance d’une transition de nos habitudes alimentaires. Nous devrions nous diriger vers une alimentation basée sur les plantes.

C’est une solution très importante que beaucoup d’organisations n’osaient pas promouvoir. Aujourd’hui, ça devient de plus en plus clair que nous ne pouvons pas arrêter la déforestation et diminuer nos émissions de Co2 si nous ne réduisons pas notre consommation de produits animaux d’une manière très considérable. Cette une solution qui peut avoir beaucoup de succès, car elle est relativement facile à adopter et ne nécessite pas forcement l’intervention des gouvernements. Beaucoup de personnes sont en train de supprimer tous les produits animaux de leur alimentation, ce qui est idéal, car leur exemple brise l’idée reçue que nous avons absolument besoin de produits animaux pour survivre. Nous ne pouvons pas espérer que tout le monde changera leurs habitudes alimentaires du jour au lendemain, mais une réduction significative de la quantité de produits animaux  consommés est déjà un excellent pas dans la bonne direction.  Si 50% de la population diminuerait à moitié leur consommation de produits animaux, l’effet sur l’environnement seraient le même que si 25% de la population abandonnerait totalement les produits animaux. Les gouvernements et les institutions internationales devraient faire plus pour éduquer les gens et pour rediriger l’économie dans une voie plus durable, basée sur les plantes.

Le bilan des 25 dernières années

Leur lettre a souligné qu’au cours des 25 dernières années: ( source The Independent)

  • La quantité d’eau douce disponible par habitant dans le monde a diminué de 26%.
  • Le nombre de «zones mortes» océaniques a augmenté de 75%. Ce sont des endroits où peu d’animaux peuvent survivre à cause de la pollution et du manque d’oxygène.
  • Près de 300 millions d’acres (+/- 1214056 km2) de forêt ont été perdus, principalement pour faire place à des terres agricoles.
  • Les émissions mondiales de carbone et les températures moyennes ont montré des augmentations significatives continues.
  • La population humaine a augmenté de 35%.
  • Au total, le nombre de mammifères, de reptiles, d’amphibiens, d’oiseaux et de poissons dans le monde a diminué de 29%.

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *