Pendant qu’on gèle, l’Arctique fond

Peut importe si vous habitez en France, en Angleterre ou en Russie, vous avez sans doute senti la vague de froid qui a gelé le continent européen. Évidement, à chaque fois qu’il fait froid les climatosceptiques deviennent agités : ” Aha ! Encore une preuve que le réchauffement climatique n’existe pas! ” Malheureusement, ces conditions météorologiques inhabituelles sont probablement liées aux changement climatique. Pendant que les médias se concentrent sur la météo européenne et parlent du retour des hivers habituels, la situation au nord est très inquiétante. S’il fait froid en Europe, c’est parce qu’en même temps un vague de chaleur a frappé le cercle polaire.

Au mois de mars le Pôle Nord est encore plongé dans l’obscurité, inutile de dire que d’habitude les températures y restent très basses. Le climat de la région arctique est régulé par le vortex polaire: un tourbillon d’air froid qui agit comme un bouclier contre les vents chauds du sud. Les vortex polaires se forment autour des pôles à cause de la différence de température entre les régions arctiques et l’air chaud qui se trouve dans les latitudes modérées. Plus la différence de températures est grande, plus les vents du vortex sont puissants. C’est pour cela que le vortex s’affaiblit en été quand la région polaire reçoit de la lumière jour et nuit et se renforce en hiver quand les températures de la région chutent à cause de la nuit polaire.

“Les pics de température font partie des conditions météorologiques normales – ce qui a été inhabituel à propos de cet événement c’est qu’il a persisté pendant si longtemps et qu’il a été si chaud”, a déclaré Ruth Mottram de l’Institut météorologique danois. “Depuis  au moins la fin des années 1950, nous n’avons jamais vu des températures aussi élevées dans le Haut-Arctique.”

La station météorologique la plus proche du pôle nord, Cape Morris Jesup a enregistré des températures plus élevées que celles qu’on a observé au même moment à Londres et à Zurich. Des perturbations dans le vortex polaire peuvent provoquer des amplitudes de températures, mais ce qu’on observe sort de la norme. Ceci est précisément la manière dont le changement climatique se manifeste : des événements climatiques très rares deviennent de plus en fréquents et prononcés jusqu’à ce qu’ils deviennent la nouvelle norme.

“Ceci est une anomalie parmi les anomalies. C’est assez loin de la moyenne historique, c’est inquiétant – cela suggère que d’autres surprises nous attendent si nous continuons à déranger la bête fâchée: notre climat », a déclaré Michael Mann, directeur du Earth System Science Center à Pennsylvania State University. «L’Arctique a toujours été considéré comme une référence en raison du cercle vicieux qui amplifie le réchauffement causé par l’homme dans cette région particulière. Et il envoie un avertissement clair. ”

Hélas, les régions polaires chauffent plus rapidement que n’importe quelle autre partie de la Terre. Les climatologues s’inquiètent que la hausse des températures arctiques déstabilisera totalement le vortex polaire. La hausse des températures arctiques provoque la fonte de la glace et quand la surface de la glace diminue, plus d’énergie solaire est absorbée par l’eau des océans, ce qui provoque encore plus de réchauffement et de fonte. Ceci s’appelle une boucle de rétroaction et ce sont précisément ce genre de mécanismes qui inquiètent la communauté scientifique. Les températures globales ont augmenté d’un degrés en moyenne, tandis que dans l’Arctique on observe une hausse de 3 degrés. 

“Ce que nous considérions autrefois comme des anomalies deviennent la nouvelle norme. Notre climat change devant nos yeux, et nous n’avons que peu de temps pour empêcher que cela ne s’aggrave d’une manière significative ». a déclaré Erik Solheim, dirigeant du Programme des Nations unies pour l’environnement, devant Reuters.

Source: theguardian

 

 

Aleks Evtimov

Blogueur. Créateur de www.veganews.eu

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *