Panique en Occident : La Chine arrête d’importer nos déchets

L’année passée la Chine a décidé de mettre fin à toutes ses importations de déchets plastiques. Le ban est entré en vigueur le 1er janvier 2018 et il a déjà des répercussions dans les ‘pays développés’. La Chine était le plus gros importateur mondial de matériaux recyclables.

Au mois de juillet la Chine a notifié l’Organisation mondiale du commerce de sa décision d’arrêter complètement l’importation de 24 catégories de matières recyclables. Cette interdiction contre les déchets étrangers s’applique au textile, au plastique et au papier. La Chine compte remplacer les matériaux importés par les matériaux collectés et recyclés par son propre marché domestique.

L’impacte de cette décision aura des conséquences sérieuses dans les pays qui ont développé l’habitude d’exporter leurs déchets. L’Union Européenne exporte environs 87% du plastique collecté vers la Chine. La situation des États-Unis, du Royaume-Uni et du Japon est la même, ces pays dépendent presque exclusivement de leurs exportations de matières recyclables.  Ces pays n’ont pas développé l’infrastructure nécessaire pour gérer leurs propres déchets. Où est-ce que tous ces déchets vont aller ? Est-ce qu’on va se retrouver avec des montagnes de plastique ?

Sans une infrastructure adaptée, les solutions qui se pressentent ne sont pas idéales. Les plastiques collectés pour recyclage pourraient être incinérés afin de récupérer l’énergie qui s’y trouve et de la transformer en électricité. Les plastiques brûlent extrêmement bien, mais ce processus n’est pas du tout écologique. L’incinération contribue aux changement climatique et dégage des substances toxiques dans l’atmosphère.

Les déchets pourraient aussi aller à la décharge et seraient enterrés. Inutile à dire que ceci n’est pas du tout une bonne solution et ne représente pas une gestion responsable des déchets. Une autre option sera de rediriger les déchets vers d’autres pays qui seraient prêts à les importer. Toutes ses solutions sont rapides, pas chères, mais totalement irresponsables.

La faute de cette crise ne tombe pas sur la Chine, mais sur nos pays qui n’ont pas fait les investissements nécessaires pour gérer nos propres déchets. La situation actuelle nous offre une opportunité d’implémenter de nouvelles solutions à notre problème de déchets. En tant que consommateurs nous pouvons et devons réduire notre consommation de plastique, mais nos gouvernements doivent agir aussi.

Nous avons besoin d’augmenter la proportion de plastique qui est recyclé dans nos propres pays et nous devons améliorer nos systèmes de collecte et recyclage. Les compagnies doivent prendre leur part de responsabilité en nous offrant des solutions durables et innovantes.

Source : independant   huffingtonpost

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *