Notre imagination peut nous aider à mieux percevoir le monde réel

La majorité de nos choix ont un impact sur d’autres personnes, animaux et écosystèmes du monde entier. Les produits que nous choisissons d’acheter, les politiciens pour lesquels nous choisissons de voter, les organisations que nous choisissons de soutenir, les conversations que nous choisissons d’avoir, toute chose que nous faisons, aussi petite et banale qu’elle soit, a un impact réel. Le problème c’est que plus que jamais, nous sommes déconnectés des conséquences de nos choix. Si nous pouvions prendre conscience de ce qui se passe réellement dans le monde, nous ferions des choix très différents et nous trouverions l’énergie et la motivation nécessaires pour être plus conscients à tous les niveaux de nos vies.

Loin de nos yeux…

Désastre écologique

Voici un exemple lié à l’écologie qui illustre mon argument. La déforestation se poursuit chaque seconde de chaque jour. La superficie de soixante terrains de football couverts de forêts tropicales intactes sont coupés chaque minute. Pourtant, nous ne voyons que quelques aperçus de cette destruction tout au long de l’année. Et généralement, lorsque nous voyons ce qui se cache derrière ces statistiques, nous réagissons. Vous vous souvenez de la vidéo d’un orang-outan qui s’est battu contre un bulldozer, seul, confus et désespéré, au milieu de ce qu’était hier sa maison intacte ? Cette vidéo a été partagée sur toutes les plateformes et des articles l’ont référencée dans le monde entier. Tant de gens l’ont vu, ont réagi émotionnellement et sont passés à l’acte à cause de ces images troublantes. Ce n’était qu’une vidéo d’une tragédie qui s’est produite à un seul endroit, en une journée. Si nous pouvions concevoir d’une manière ou d’une autre ce qui se passe chaque jour, si nous pouvions voir la misère de la déforestation dans ses détails horribles, nous serions tellement plus impliqués pour lutter contre celle-ci.

La démolition d’un seul arbre dans une forêt ancienne entraîne la mort et le carnage. Les nids d’oiseaux sont détruits, les œufs et les poussins sont écrasés au sol, les tanières de souris sont déracinées et écrasées. Les animaux qui réussissent à s’enfuir n’ont plus de maison. Le seul fait de témoigner cet incident pourrait provoquer une forte réaction émotionnelle chez beaucoup de gens. Pourtant, lorsque nous entendons la statistique que 60 terrains de football de forêts sont détruits chaque minute, cela ne signifie presque rien pour nous. Nous avons du mal à imaginer cette minute de dévastation. Il est très difficile d’imaginer l’échelle après une journée de destruction et il est presque impossible de réagir émotionnellement face à cette tragédie.

Je ne peux pas parler au nom de tout le monde, mais je sais que la plupart des gens défendraient une famille de singes, d’oiseaux ou de léopards, ou un arbre de mille ans, étant donné qu’ils sont émotionnellement liés à ceux-ci. Nos opinions politiques importent beaucoup moins lorsque nous pouvons témoigner le carnage. La plupart des gens s’opposent aux projets destructeurs et polluants qui endommageraient les zones naturelles qu’ils connaissent et chérissent.

Catastrophe humanitaire

Lorsque la destruction se déroule à des milliers de kilomètres de chez nous et reste cachée, nous ne parvenons pas à réagir avec empathie. Cela est particulièrement vrai pour les catastrophes humanitaires.

Lorsque nous apprenons que 80000 personnes sont mortes durant la guerre au Yémen, nous avons du mal à réagir d’une manière appropriée. Mais si nous pouvions voir chaque jour une vidéo qui montre la mort brutale d’un enfant ainsi que les souffrances de la famille, qui perdurent pendant des mois et des années après, je parie que nous aurions une réaction très différente. Je parie que nous nous soucierions assez pour remettre en question les choix de nos politiciens, nous nous soucierions assez pour remettre en cause l’efficacité de nos institutions internationales. Nous n’attendrions pas des années avant de mettre fin à une guerre, nous exigerions une action rapide et non violente de la part de nos institutions.

C’est une chose d’entendre qu’environ 15 000 enfants meurent de faim chaque jour, c’est une autre chose d’être témoin de l’agonie de la famille, du désespoir de la mère qui ne peut pas nourrir son enfant et de la douleur de toute la communauté qui voit leurs enfants mourir . Si nous pouvions vraiment assister à leur souffrance, nous remettrions beaucoup plus en question nos politiques commerciales internationales. Nous aurions beaucoup plus de facilité à comprendre qu’ils ne servent pas les intérêts de millions de personnes dans le monde. Nous serions prêts à nous interroger sur les profits que les multinationales géantes mettent dans leurs poches, alors qu’une fraction de cet argent permettrait de sauver des vies et de réduire ou d’éliminer les souffrances de millions de personnes chaque jour.

Mais nous ne voyons pas ces choses-là.

Défaillance des médias

Les sociétés

Nous avons décidé que le seul objectif des sociétés médiatiques est de générer des bénéfices pour leurs actionnaires. Sans surprise, investir dans le vrai journalisme et s’opposer aux entreprises et aux politiciens les plus puissants n’est pas une stratégie très rentable. Il existe des moyens beaucoup moins chers et plus faciles d’appuyer sur nos boutons et de garder nos yeux bandés sur les écrans. Évidement, de bons journalistes et de compagnies médiatiques existent, mais généralement ils ont pas les ressources financiers qu’ils méritent à leur disposition .

La technologie

La technologie moderne nous permet de voir plus, mais nous sommes loin d’avoir une image claire. Je peux imaginer un avenir où nos technologies médiatiques seront beaucoup plus immersives et efficaces. Imaginez un casque de réalité virtuelle qui nous plonge dans la destruction d’une forêt pluviale, où nous pouvons entendre les arbres tomber et sentir les cadavres brûler. Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre que ces technologies entrent en jeu.

La solution est en nous

Imagination

Si les médias et la technologie ne peuvent pas nous fournir la connexion nécessaire, nous devons utiliser notre imagination. Lorsque vous entendez parler d’une forêt rasée ou brûlée, essayez d’utiliser votre imagination pendant une minute ou deux. N’essayez pas d’imaginer un million d’hectares de destruction à la fois. Nos cerveaux ne sont tout simplement pas câblés pour penser sur de telles échelles. Essayez d’imaginer un arbre, vous pouvez faire ça très bien. Un grand arbre centenaire recouvert de lichens et de mousse, avec sa majestueuse couronne. Imaginez les fourmis, qui ont leur nid à ses pieds, imaginez les oiseaux dans ses branches et les vers dans ses racines. Commencez à partir de là et essayez d’étendre le tableau à des dizaines, des centaines et des milliers de ces arbres, avec toute la variété étonnante de mammifères, d’oiseaux et d’insectes qui perdent leur maison et leur vie pour toujours. Imaginez toute cette beauté complexe qui a mis des millions d’années à se développer et qui a été détruite en un seul instant pour des choses que nous aurions pu faire différemment.

Lorsque vous entendez parler de statistiques de guerre, ne pensez pas que des personnes aléatoires sont mortes quelque part dans un coin du monde. Imaginez que votre ami soit mort, imaginez qu’il a été tué par une bombe, car c’est ce qui s’est passé. Cette personne avait des amis et ils ont appris la nouvelle du décès de leur proche. Ils ont senti exactement ce que vous ressentiriez si une bombe avait tué l’une des personnes qui vous tiennent à cœur.

Empathie et action

Méditez sur ces pensées de mort et de destruction et vous allez peut être ressentir le besoin d’agir. Et ne faites pas quelque chose de stupide et violent, faites plutôt quelque chose de beau et de constructif, nous avons assez de violence dans ce monde. Faites quelque chose de dur, faites quelque chose de courageux. Parlez à vos amis, parlez à vos politiciens, changez vos habitudes… Défiez les institutions puissantes et faites-les servir ce qui vous intéresse au lieu de répondre aux besoins des actionnaires des sociétés militaires et extractives.

Et quand vous y réfléchissez suffisamment, je parie que, quelles que soient vos opinions politiques, ce qui compte pour vous, c’est le destin des êtres vivants, la santé et le bien-être de vos semblables et la beauté de la vie sur Terre.

Merci d’avoir lu l’article entier. Dans le monde d’aujourd’hui, la plupart des gens dépassent rarement le titre ou le premier paragraphe. Cet article ne contient pas un titre choquant, ni un discours incendiaire, il est donc très peu probable que cela plaise aux algorithmes des médias sociaux qui favorisent le sensationnalisme et l’indignation. Si vous pensez que plus de gens devraient le lire, revenez sur Facebook et interagissez avec la publication, les commentaires et les partages sont très appréciés. Ci-dessous, vous trouverez la liste des personnes qui ont choisi de soutenir mon travail avec un petit don, rejoignez-les et aidez-moi à maintenir ce site en ligne, indépendant et exempt de publicités.

SouteneurDepuis
Fabio K. 06/2016
Bradley Davis04/2017
Sandra Debosschere05/2017
Yordan Petkov06/2017
Marinella Cara07/2017
Danielle Marsh03/2018
Annie Andreoletti04/2018
Mel Picard08/2018
Sven Steinert09/2018
Veronique Thellier11/2018
Devin Ford11/2018
Brittany Morris11/2018
Christiane Hoyos12/2018
Kylie Bull01/2019
Claudia Borges01/2019
Glen Hootman01/2019
Sébastien Thirard02/2019
Frédérique Moors02/2019
Steve the Bartender02/2019
Angélique Fonteneau03/2019
Barbara Zimmerman03/2019
Marit Enge04/2019
Jana Novak06/2019
Shannon Hanaway08/2019
Lea Jenny08/2019
Mathias 08/2019
Guro Elvenes08/2019
Sébastien THIRARD08/2019
Tanja Meschkat08/2019

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *