Les vers de terre construisent des chambres

Le ver de terre est un animal fascinant et mystérieux comme le prouve cet extrait du nouveau livre de mon cher gourou des vers de terre Christophe Gatineau, ” L’éloge de l’abeille ” :

Chr. – Deux mots sur la chambre du lombric terrestre.

Quand il va « se reposer », le lombric terrestre ferme l’entrée de son terrier, et « les vers saisissent des feuilles et d’autres objets [pierres, plumes, papier…], non seulement pour s’en servir comme de nourriture, mais aussi pour boucher l’entrée de leurs galeries ; et c’est là l’un de leurs instincts les plus puissants », écrit Charles Darwin.

Et à propos de leur chambre: «Toutes les galeries se terminaient par une chambre plus spacieuse, à une profondeur de 7 à 8 pieds de la surface. Ces chambres contenaient une grande quantité de petits morceaux tranchants de pierre et des cosses de graines de lin…[…] À Abinger, en Surrey, j’ai trouvé deux galeries terminées par des chambres analogues à une profondeur de 36 à 41 pouces, et elles étaient revêtues ou pavées de petits cailloux […] Hensen indique de même que le fond des galeries est garni de petites pierres ; là où les vers n’avaient point pu s’en procurer, ils s’étaient, semblait-il, servis de graines de poire […] La seule conjecture que je puisse former sur la raison qui porte les vers à garnir leur quartier d’hiver de petites pierres et de graines, c’est qu’ils veulent empêcher leur corps replié étroitement sur lui-même, de venir en contact avec le sol froid environnant ; ce contact pourrait peut-être gêner leur respiration, qui s’effectue par la peau seulement. »

Syl. – Dire que nous le voyons comme un simple intestin, qui va et vient dans le sol, et dépose des turricules.

Partagez cet article avec #semaineduver et visitez les publications sur le hashtag pour découvrir plus d’infos sur les vers de terre. Si vous pensez que cette publication est importante, retournez sur Facebook pour interagir avec la elle, sinon personne ne la verra.

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *