Les ours bruns arrêtent de manger du saumon et passent aux fruits

Sur une île en Alaska, un des plus grands spectacles de la nature est en train de changer. Les ours bruns sont en train d’abandonner le saumon en faveur d’une alternative surprenante.

Chaque année les saumons se déplacent de l’océan et remplissent les rivières et ruisseaux de l’île pendant leur période d’accouplement. Les ours tuent environs 70% des saumons en se concentrant sur les organes les plus nutritifs. Ils mangent les bosses sur les dos des mâles et déchirent les femelles pour atteindre leurs œufs. D’habitude les signes du massacre sont présents partout: l’herbe autours des rivières est complètement écrasée et des morceaux de saumons flottent en aval. Les oiseaux qui nettoient les restes arrivent à peine à voler à cause de leurs ventres bien remplis.

 

Le changement climatique

Les chercheurs qui surveillent ces populations ont été très surpris de constater qu’en 2014 les ourses n’étaient pas là. Les rivières étaient tout aussi remplies de saumon, mais les ours n’étaient pas là pour les attraper. Heureusement, les chercheurs avaient mis en place des dispositifs de pistage sur 15 ours et ils ont réussi à détecter leur position. Les ours était en hauteur sur les collines, loin des ruisseaux. Ils étaient tous attirés par des buissons de sureau. Quand les chercheurs ont examiné les excréments des ours tout est devenu clair: les ours avaient changé leur régime alimentaire et ont remplacé le saumon par des sureaux.

Durant la plupart des années les sureaux mûrissent seulement vers la fin du mois d’août et le début du mois de septembre, juste à la fin de la saison du saumon. Les deux sources de nutriments ne se chevauchent pas, les ourses se gavent d’abord au saumon et après ils passent aux fruits. En Alaska les températures du printemps ont augmenté ce qui fait que les sureaux mûrissent plus rapidement. En 2014 les sureaux ont mûri si rapidement qu’ils étaient prêts au même moment que la période du saumon. Il paraît que quand les deux aliments sont disponibles dans le menu, les ours choisissent systématiquement les fruits. En moyenne les sureaux mûrissent 2 jours plus tôt chaque décennie. Si cette tendance continue, la situation que les chercheurs ont observé en 2014 deviendra la norme avant 2070. Source

Un changement alimentaire

Les chercheurs ne comprenaient pas pourquoi les ours préfèrent les fruits, alors que le saumon est beaucoup plus dense en calories comparé aux sureaux. Une étude sur des ours en captivité avait déjà apporté une réponse à ce mystère. L’objectif des ours est de prendre le plus de poids possible pour se préparer à la saison d’hibernation. Les ours en captivité avaient accès à une alimentation variée et ils se sont arrangé pour consommer environs 17% de protéines. Ce taux de protéines leur permet un prise de poids optimale. Le saumon est beaucoup trop riche en protéines (environ 80% des calories de leurs chair) . Les sureaux contiennent beaucoup de protéines pour un fruit, ce qui les place pas loin de la proportion optimale. Ainsi les ours se concentrent sur les fruits et gagnent du poids aussi vite qu’ils peuvent.

Un exemple à suivre?

Cette flexibilité alimentaire que les ours présentent va sûrement être bénéfique pour leur survie face aux changement rapides du climat. Mais ne nous faisons pas d’illusions, une telle perturbation de l’écosystème est une source d’inquiétudes. Des changements si rapides sont le symptôme des dégâts que nous avons causé et ne peuvent qu’entraîner des conséquences négatives. Et ceci est déjà le cas, l’écosystème entier est perturbé par ces changements.

Ce que nous pouvons faire c’est nous inspirer de l’exemple des ours et l’appliquer également dans notre stratégie de survie dans le contexte du changement climatique. Notre consommation de viande et de produits animaux est une des principales causes du réchauffement de l’atmosphère et de la déforestation. Nous avons la capacité de replacer facilement les sources de protéines animales avec des sources végétales. Cette adaptation sera bénéfique non seulement pour la survie de notre propre espèce, mais aussi pour le reste de la vie sur Terre. Bref, c’est bien que les ours s’adaptent, mais c’est plutôt nous qui devons arrêter de manger du saumon.

Sources : gizmodo

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *