Les climato-sceptiques ne sont pas scéptiques

Bertrand Russel a résumé le scepticisme ainsi « Ne rien admettre sans preuve et suspendre son jugement tant que la preuve fait défaut ». 

Un sceptique n’est pas simplement une personne qui doute de tout, c’est quelqu’un qui conteste des idées, en raison de leur authenticité ou de leur fondement factuel. Être sceptique signifie examiner les revendications dans leur contexte, plutôt que de les accepter telles quelles. Contrairement à ce que suggère l’étiquette, les climato-sceptiques ne sont pas du tout sceptiques, du moins pas quand il s’agit de climatologie. Je pense qu’il serait plus approprié de parler de ‘climato-naïfs’…

Le contexte de la climatologie

Le fait que pratiquement tous les climatologues, de tous les pays, sont d’accord que la Terre est en train de se réchauffer rapidement à cause de nos émissions de gaz à effet de serre devrait vous rassurer sur la validité de la théorie du changement climatique. Le contexte plus large montre des scientifiques de tous les domaines, des gouvernements, des ONGs et même des sociétés pétrolières sont tous parvenus à la même conclusion grâce à différents types de recherches. Si vous regardez ce contexte et vous décidez d’être douteux, cela signifie qu’il est très peu probable que vous soyez sceptique. Cela ne veut pas dire que vous n’avez jamais une attitude sceptique, mais apparemment, dans le contexte du changement climatique, une sorte de croyance irrationnelle, une idéologie ou d’émotion comme la peur, la culpabilité ou l’impuissance vous empêche d’avoir un jugement raisonnable.

Être «quelque part au milieu» montre également votre manque de réflexion critique sur ce sujet. Des déclarations telles que “Je pense que le climat est en train de changer, mais je doute que les humain aient un impact important”, n’est rien de moins que la négation pure et complète des observations scientifiques. Et je suis à peu près certain que vous n’accepteriez pas cette approche sur de nombreux autres sujets. Explorons quelques scénarios.

Exemples de «sceptiques» non-sceptiques

Evolution

Croire en la théorie de l’évolution est une position sceptique. Tous les scientifiques de nombreux domaines d’études s’accordent pour dire que la théorie de l’évolution par la sélection naturelle est le mécanisme qui a créé la diversité de toute la vie sur Terre. Cela ne signifie pas que tous les scientifiques sont d’accord sur tous les aspects de l’évolution,  la science ne  fonctionne pas comme ça. Les scientifiques ont peut-être des explications différentes sur certains détails très particuliers liés à une théorie donnée, mais cela ne compromet pas leur accord complet sur les principes fondamentaux. Au contraire, avoir une compréhension commune est ce qui leur permet d’être en désaccord sur des détails extrêmement complexes.

Dans ce contexte, croire aux opinions d’une personne aléatoire sur YouTube, ou dans votre église, qui nie l’évolution est l’exemple parfait du manque de scepticisme. Une position du genre ‘je crois que les organismes évoluent un peu, mais je ne crois pas que les humains et les singes ont eu un ancêtre commun.’ n’est rien d’autre que la négation totale de la théorie de l’évolution.

Si vous ne croyez pas en la théorie de l’évolution, cela ne veut pas dire que vous êtes une personne complètement crédule, peut-être vous pensez  sceptiquement dans d’autres contextes, mais clairement pas dans le contexte de l’évolution. Probablement un certain type de croyance ou un manque d’éducation ne vous permettent pas de penser de manière critique à ce sujet.

Beaucoup de gens refusent d’accepter cette réalité scientifique et se considèrent comme des sceptiques.

La forme de la Terre


Je pense que presque tout le monde qui lit ceci s’accordera à dire que la Terre a une forme sphéroïde. Nous avons de très bonnes raisons de le croire. Nous avons vu des photos, des scientifiques de divers domaines le confirment et cela se sait depuis des milliers d’années… Compte tenu de ce contexte, il n’est pas du tout sceptique de croire que la Terre est plate. Mais certaines personnes le croient et se considèrent comme particulièrement sceptiques, les détenteurs d’une grande vérité.


J’ose dire que même quelqu’un qui croit que la Terre est plate pourrait probablement réflechir d’une manière sceptique sur un autre sujet, mais dans ce cas (et soyons honnêtes, certainement dans beaucoup d’autres) , il est clairement incapable de penser raisonnablement. Une sorte de croyance ou d’état émotionnel le pousse à réflechir d’une manière très irrationnelle à ce sujet. Et sûrement, dans ce contexte, vous ne verriez pas une position intermédiaire, entre une sphère et un disque, comme quelque chose de rationnel.


En conclusion, je dirais à tout climato-scéptique d’examiner les émotions qui pourraient motiver son attitude à ce sujet. De nombreuses raisons psychologiques pourraient nous pousser au déni. Peut-être vous avez trop peur de devoir renoncer à une partie de votre confort matériel, peut-être que l’idée que nous participons à la déstruction de la Terre est trop traumatisante, ou peut-être vous avez l’impression que si le changement climatique était réel, vous ne seriez pas capable de trouver une solution et cette pensée vous donne une sensation d’impuissance. Ou bien, vous réalisez peut-être que le changement climatique contredirait certaines autres croyances auxquelles vous tenez beaucoup. Comme par exemple, l’idée que le marché libre a la capacité d’organiser tous les ascpects de notre société de la bonne manière ou le fait que les humains pourraient avoir autant de pouvoir sur la nature contredit vos intuitions sur notre place dans ce monde. Quelque chose bloque vos capacités de reflection critique et vous rend très peu sceptique à propos de la climatologie.

SouteneurDepuis
Fabio K. 06/2016
Bradley Davis04/2017
Sandra Debosschere05/2017
Yordan Petkov06/2017
Marinella Cara07/2017
Danielle Marsh03/2018
Annie Andreoletti04/2018
Mel Picard08/2018
Sven Steinert09/2018
Veronique Thellier11/2018
Devin Ford11/2018
Brittany Morris11/2018
Christiane Hoyos12/2018
Kylie Bull01/2019
Claudia Borges01/2019
Glen Hootman01/2019
Sébastien Thirard02/2019
Frédérique Moors02/2019
Steve the Bartender02/2019
Angélique Fonteneau03/2019
Barbara Zimmerman03/2019
Marit Enge04/2019

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

  1. Patmonte

    Bonjour, j’entend tout à fait vos arguments mais je les trouvent un peu faible. Dire qu’une hypothèse est à ce jour la plus crédible et donc la prendre comme vérité est un déni de la réalité. A ce jour personne ne peut affirmer que la théorie de l’évolution est exact comme pas plus de certitude sur le réchauffement dû à l’activité humaine. J’aime pour ma part me placer du coté de Socrate dans son “Je sais que je ne sais rien” et ne pas affirmer qu’une croyance est une réalité, car une théorie est au même plan qu’une croyance. Nous avons remplacé la terreur du si tu crois pas tu iras en enfer par si tu n’adhères pas tu es un crétin qui comprend rien à la science. Pour changer mon mode de vie je préfère m’appuyer sur ce que je ressens plutôt que sur des peurs infondées qui sont sorti d’un autre cerveau que le mien. Si j’ai choisi la décroissance , la non violence, le respect du vivant c’est pas par peur d’un avenir incertain ou d’un châtiment divin, c’est tout simplement que j’ai compris que la nature était la meilleure chose pour moi et que la chaine de la vie est beaucoup plus importante que ma petite personne. Si tu prends conscience que tu vis très bien sans tuer pour te nourrir , que tu n’as pas besoin de la plupart de la modernité pour être heureux alors tout parait plus simple 🙂

    • Aleks Evtimov

      Bonjour, merci de votre commentaire même si je ne pourrais pas être moins d’accord avec ce que vous dites. Une théorie scientifique n’est pas la même chose qu’une croyance ou qu’une hypothèse. Une théorie représente le plus grand ordre de certitude, sauf une lois mathématique. Contrairement aux croyances infondées, les théories scientifiques font des prédictions qui sont confirmées par la réalité.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *