Le supermarché sans caisses vient d’ouvrir ses portes. Il y a un ‘petit’ problème…

Un nouveau supermarché ‘Amazon Go’ vient d’ouvrir ses portes dans la ville de Seattle. Un premier regard vous laisserait avec l’impression qu’il n’y a rien de spécial, à part d’un détail important. Il n’y a pas de caisses dans le magasin, il n’y a même pas des caisses ‘self-checkout’…

A l’entrée les clients scannent leur application Amazon Go, pas besoin du cash ou d’une carte bancaire. Tout ce que les clients doivent faire c’est choisir leurs produits et sortir du magasin. Leur compte est automatiquement débité à la sortie. Amazon appelle la technologie ‘Just Walk Out’, le but étant la facilité et l’amélioration de l’expérience des clients.

La principale critique adressée dans l’espace public tourne autour de l’aspect psychologique. Quand on ne doit payer, on ne voit pas l’argent qu’on dépense. Payer avec une carte bancaire est déjà plus abstrait que payer avec de l’argent physique, mais d’Amazon Go va beaucoup plus loin. On peut imaginer que cette technologie pousserait les clients à dépenser plus.

Le magasin présente un autre problème, probablement beaucoup plus sérieux… Pour faire fonctionner leur système automatique tous les produits du magasin sont emballés de manière individuelle. Et quand je dis tous les produits, ça veut dire littéralement chaque produit. Même les fruits et les légumes sont emballé un par un. Vous pouvez imaginez l’échelle du gaspillage et de la pollution..

Il est estimé que jusqu’à 2050 il le poids du plastique dans les océans dépassera le poids du poissons. Dans ce contexte macabre cette nouvelle technologie semble totalement absurde. Nos efforts doivent être concentrés dans la direction inverse: la diminution et l’élimination totale des plastiques à usage unique.

Peut-être la technologie et l’intelligence artificielle s’amélioreront avec le temps. On pourrait envisager des magasins où on peut acheter en vrac et que les capteurs du magasin arrivent à calculer avec une précision le poids de tous nos achats, sans qu’il y ait besoin d’emballer chaque produit individuellement. Personnellement, je trouve que le concept n’est pas mauvais en soi. Vous aimeriez faire vos achats dans un magasin automatisé?

Quoi qu’il en soit, la technologie n’est pas encore si évoluée et la solution actuelle est un pas dans la mauvaise direction. Nous devons diminuer notre consommation et notre gaspillage de produits plastiques d’une manière urgente. Cette une nécessité beaucoup plus importante que le confort de ne pas faire la file ou le bon marketing d’un ‘supermarché intelligent’.

Si l’opinion publique sur le plastique évolue on peut s’attendre à un changement du comportement des consommateurs et des producteurs. Si les gens refusent d’utiliser des plastiques à usage unique les compagnies vont devoir se plier et accommoder la demande. Les gouvernements se rendent compte qu’il vont épargner beaucoup plus d’argent en bannissant ces produits plastiques plutôt qu’en essayant de gérer les dégâts qu’ils causent sur l’environnement et sur la santé publique. Mais pour que nos gouvernements puissent prendre de telles mesures, les mentalités de la population doivent d’abord aller dans cette direction-là.

Sources : treehugger

Aleks Evtimov

Blogueur. Créateur de www.veganews.eu

  1. Henry Cornil

    Autre problème de taille. Si on multiplie les entreprises sans personnel salarié, on va avoir tellement de nouveaux pauvres que ces entreprises ne trouveront plus suffisamment de clients pour écouler leurs produits. Ou alors, serait-on à l’aube de la mise en œuvre du Revenu Universel de Base ?

    • Qw

      Un revenu de base pour que les gens restent bien chez eux devant la TV et continuent d’acheter des cochoneries?
      Il est surtout temps de se réveiller et de sortir de la matrice…
      Nous avons le pouvoir de choisir où nous dépensons notre argent et donc à qui et quoi on le donne. Soit à des entreprises qui investissent dans l’humain, l’ecologie et l’altruisme. Ou dans le conformisme, l’abondance à bas prix, la pollution et l’egoisme.

    • Tom

      Ce n’est pas parce qu’il n’ a pas de caisses qu’il n’y a pas de personnels. Je suppose qu’Il y a tout de même dès manutentionnaires chargés de la mise en rayon, une direction. De plus qui dit gestion informatique dit implicitement informaticiens, ingénieurs, programmateurs, centres d’appel…
      Quand une nouvelle technologie ou technique apparaît il y a toujours des disparitions d’emplois et là créations de nouveaux.
      La vraie problématique va plutôt concernée la formation professionnelle pour que les compétentes des futurs salariés correspondent aux nouveaux besoins.

  2. Moi.

    Nous pouvons dès aujourd’hui mettre en place des éléments de reconnaissance quant à l’achat d’un fruit pour limiter l’utilisation des plastiques à usage unique.
    En exemple, des étiquettes munies de dispositifs de reconnaissance liées aux systèmes de ces achats chez Amazon Go. L’utilisation de système de balance aux niveaux des fruits et légumes sur rayons qui reconnaîtra automatiquement le moindre changement de poids et aux grammes près, liées aux systèmes du magasin. Quadrillage des reconnaissances et modes de calcul algorithmique liés aux systèmes du magasin et l’intelligence artificielle, c’est faisable.
    Chaque fruits a un poids et donc un prix, ainsi de même pour les légumes et le reste.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *