Le changement climatique menace la sauce Tabasco !

L’île d’Avery, entourée de marais spectaculaires est la maison de la sauce Tabasco. L’usine est menacée par plusieurs facteurs environnementaux, notamment le changement climatique.  Ainsi le condiment omniprésent dans les magasins du monde entier pourrait devoir déménager après 150 ans passés sur cette île.

Tony Simmons, le septième dirigeant de l’entreprise n’est pas prêt à abandonner l’île : ”Nous pourrions faire Tabasco ailleurs. Mais c’est pas qu’un commerce: c’est notre maison. ”  “Cela nous inquiète, et nous travaillons dur pour minimiser la perte de terrain”, “Nous voulons protéger le marais parce que le marais nous protège.”

Cette situation serait inimaginable il y a juste quelques années, mais la dégradation progressive de l’écosystème des marais accélère. L’île est en fait une colline de sel couverte de terre qui s’élève en hauteur comparé à la platitude de la côte de Louisiane. Elle est complètement entourée des marais qui cèdent la place à l’eau salée. L’élévation du niveau de la mer pousse l’eau salée à s’infiltrer dans les canaux creusés par l’industrie pétrolière et gazière. Elle pénètre la terre, détruit la végétation et déstabilise d’avantage le sol.

Les marais d’Avery reculent d’environ 9 mètres par an. Cette situation est loin d’être unique dans l’État de Louisiane qui perd l’équivalent d’un terrain de foot toutes les 100 minutes, selon le New Orleans Times Picayune. Environ 5500 kilomètres carrés ont été perdu depuis les années 30. Les causes sont nombreuses : le surdéveloppement sur du fleuve Mississippi, le forage extractif et évidement le changement climatique qui ne fait qu’aggraver la situation à grande vitesse. Les États-Unis ont déjà perdu la moitié de leurs zones humides depuis l’arrivée des Européens dans l’Amérique du Nord, et ils perdront la totalité des zones humides dans les deux siècles à venir selon  l’US Geological Survey.

Comme vous pouvez l’imaginez, ce qui est en jeux est beaucoup plus important que l’avenir de notre sauce piquante préférée. La montée du niveau de la mer affecte toutes les communautés qui habitent sur les côtes. Actuellement environ 40% de la population mondiale vit dans un rayon de 100 kilomètres de la côte. Si nous n’arrivons pas à implémenter des solutions efficaces et rapides le changement climatique provoquera des crises de famines et des migrations à des échelles inimaginables.

Sources : theguardian  miamiherald  un.org

Aleks Evtimov

Blogueur. Créateur de www.veganews.eu

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *