La France : deuxième place en termes de politique environnementale?

Selon l’Indice de Performance Environnementale de 2018, la France se trouve en tête de liste des pays les plus écolos du monde. Le rapport établi par des chercheurs des universités de Yale et Columbia ont collaboré avec le ‘World Economic Forum’ pour mesurer la performance de 180 pays sur base de 24 indicateurs portant sur la protection de l’environnement.La France se retrouve tout en haut de la liste avec une deuxième place, la Suisse est le champion de ces recherches.

Le bon score de la France reflète principalement ses engagements liés à l’amélioration de la qualité de l’air et de la diminution des gaz à effet de serre. Félicitons aux citoyens français pour le progrès considérable en matière de protection de l’environnement. Cependant, soyons clairs que ces recherches ne nous donnent pas le contexte complet de la situation. L’Inde, le Bangladesh, le Congo, le Népal et le Burundi se retrouvent tout en bas de la liste. Les mauvais points de ces pays reflètent le besoin d’améliorer les protections environnementales mises en place par leurs gouvernements.

Le problème que je vois avec ce genre de classements est que la plupart des pays qui se trouvent en bas de liste n’ont ni les moyens financiers, ni stabilité économique et géopolitique pour investir dans le développement durable. De plus, beaucoup de pays qui ont reçu des mauvais points produisent des produits qui sont exportés vers les pays développés. C’est facile de dire qu’on ne pollue pas et qu’on ne détruit pas notre propre environnement quand nous exportons les coûts environnementaux vers d’autres pays. Nous devons nous rendre compte que nous vivons dans une communauté globale et nous devons agir ensemble pour résoudre les problèmes environnementaux qui ne connaissent pas de frontières.

Le pays qui a fait le plus de progrès durant la dernière décennie sont les Seychelles, qui ont réussi à diminuer leurs émissions de gaz à effet de serre d’une manière considérable. Comme vous pouvez l’imaginer, il n’y a pas beaucoup de gens qui vivent sur des îles qui nient l’existence du changement climatique… São Tomé-et-Principe, Koweït, et le Timor Oriental ont également amélioré leur place dans le classement, surtout en raison de l’établissement de zones protégées.

La qualité de l’air était parmi les indicateurs les plus importants dans ces recherches. Les créateurs de l’étude admettent qu’il faut améliorer la méthodologie de leurs recherches. Ils ont souligné qu’on a besoin de meilleures données sur l’agriculture durable, l’utilisation de l’eau, la gestion des déchets ainsi que sur l’état de la biodiversité.

Quoi qu’il en soit, bravo aux Français! Continuez à accélérer vers un avenir durable.

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *