La cause de l’effondrement tragique des vieux baobabs d’Afrique australe

Une nouvelle étude a révélé que les plus anciens arbres de l’Afrique sont sévèrement menacés. Durant la dernière décennie parmi les 13 plus vieux baobabs, 3 sont complètement morts et 5 autres sont sur le point de mourir, ils ont déjà perdu leurs plus vieilles tiges.

“La mort de la majorité des plus anciens et des plus grands baobabs africains au cours des 12 dernières années est un événement d’une ampleur sans précédent”, ont déclaré les auteurs de l’étude. “Ces décès n’ont pas été causés par une épidémie, et il y a également eu une augmentation rapide de la mort, apparemment naturelle; de nombreux autres baobabs matures.”

“Un tel déclin catastrophique est très inattendu” , explique Adrian Patrut de l’Université Babes-Bolyai en Roumanie, qui a catalogué les décès. “C’est un sentiment étrange, parce que ce sont des arbres qui peuvent vivre pendant 2000 ans ou plus, et nous voyons qu’ils meurent les uns après les autres pendant notre vie, c’est statistiquement très improbable.”

Les scientifiques se rendent compte que ces morts sont inhabituelles et essaient de comprendre les mécanismes qui ont déclencher le déclin de ces vieux géants.  Le changement climatique est considéré comme un coupable très probable. Les arbres ont probablement souffert à cause de l’augmentation de la température et la prolongation de la sécheresse. Le changement climatique renforce également l’intensité de la période pluviale. Toute la région de l’Afrique du Sud se réchauffe plus vite que la moyenne de la planète. Les arbres les plus vieux sont aussi les plus vulnérables à la sécheresse. La survie à long terme des baobabs est mise en péril par cette instabilité climatique.

D’autres facteurs, tels qu’une interférence humaine directe avec des arbres individuels contribuent également à leur déclin.Ces arbres sont important non seulement à cause de leur rôle dans les écosystèmes locales. Ils ont également une signification culturelle profonde pour de nombreuses communautés qui vivent à leurs cotés depuis des milliers d’années.

Il est évidement difficile d’établir avec certitude le lien entre le changement climatique et la mort des baobabs. Ce que nous savons avec certitude c’est que les températures globales ont déjà changé à une vitesse très inhabituelle pour le climat de notre planète. Les écosystèmes peuvent s’adapter au changement naturel du climat qui s’étale sur des milliers d’années, par contre ils ont du mal à s’adapter à des changements brusques. Quand ces changements se sont produits dans la préhistoire de notre planète, ils ont toujours été suivis par des extinctions de masse.

Sources : npr  usatoday 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *