La Belgique consomme moins de viande, mais… il y a un mais

Avant que nous nous mettons à célébrer cette statistique, une bonne et une mauvaise nouvelle…

La bonne nouvelle
A l’occasion de la Journée sans viande (le 20 mars) la DG Statistique rapporte que entre 2005 et 2014, les Belges ont diminué leur consommation de viande de 0,9 kg en moyenne chaque année. C’est ce qui ressort  des bilans d’approvisionnement en viande publiés vendredi par la direction générale Statistique du SPF Économie. De manière globale, la consommation belge moyenne de viande a baissé de 12% entre 2005 et 2014. (source ici)

La mauvaise nouvelle
Ceux que les journaux oublient de mentionner c’est que malgré que la consommation belge de viande a diminué, la production de viande en Belgique a augmentée ‘grâce’ aux exportations. Dans un autre rapport de la DG Statistique de 2014 nous pouvons constater que  ‘La production brute d’animaux vivants a, sur la même période 2005- 2013, augmenté de 6%.’  En tenant compte des importations et exportations d’animaux vivants on constate une activité accrue d’abattages d’animaux en Belgique. (source: ici)

La solution
Nous pouvons nous sentir découragés que malgré nos efforts de diminuer notre consommation le nombre d’animaux tués en Belgique a quand même augmenté. Ceci doit plutôt nous rappeler que nous sommes tous ensemble sur cette planète. Ce que nous faisons ici a des conséquences à l’autre bout de la planète et inversement. Au delà de l’impact direct de la consommation de chacun il y a aussi un impact culturel qui affecte la société. La solution c’est une vraie révolution culturelle qui est en train de changer nos habitudes alimentaires à grande échelle. Nous y sommes déjà avec un nombre de végétaliens et de business végans en croissance sans précédent ! Merci pour tous vos efforts, les animaux et la planète entière en ont vraiment besoin.
Go vegan !

 

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

  1. Lea

    “Nous pouvons se sentir découragés que malgré nos efforts …” Vous pourriez mieux l’écrire. Par exemple: nous pouvons nous sentir découragés malgré nos efforts…

  2. Aguègue

    Je me demande si, en plus de la consommation de la chair des animaux, la consommation des autres produits issus de l’exploitation des animaux, comme lait animal et d’oeufs a elle aussi diminué. Parce que si les gens arrêtent de manger de la chair mais continuent à encourager l’exploitation des animaux, malheureusement ça ne change rien pour les animaux exploités…

    Par ailleurs je me demande aussi si les poissons sont inclus dans ces statistiques… En général les poissons et les autres animaux aquatiques sont complètement passés sous silence.

    Enfin bref, en tout cas, bien d’accord avec la conclusion : Soyons véganes ! Libérons les animaux !

    • Aleks Evtimov

      Merci pour beaucoup pour votre commentaire ! Vous avez tout à fait raison, même les poissons ne sont pas inclus dans ces statistiques…

  3. cathy catowl

    Il est certainement bon de faire pression sur le secteur de l’élevage en évitant complètement la viande et en diminuant les produits laitiers. Le problème qui se pose est que les animaux exploités pour leurs production ne produiraient plus de viande. Sauf si ces animaux meurent de mort naturelle ou sont euthanasiés humainement en cas de maladie. Les animaux morts ‘sains’ peuvent être transformés en nourriture pour chiens et chats.
    L’avenir de la viande d’animaux

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *