Est-ce que les négateurs du réchauffement climatique sont des connards?

Le nom de la page de notre communauté «Plus d’arbres moins les Connards», peut faire croire que nous jugeons tout le monde qui n’est pas d’accord avec nous. Qui sont ces connards dont nous parlons? Qui devrait se sentir ciblé? Je parle beaucoup du changement climatique, alors prenons l’exemple des négateurs du réchauffement climatique, sont-ils des connards?

Ça dépend

Il existe des différents types de négation climatique et ils tombent tous sur des endroits différents sur ‘l’échelle des connards’. De toute évidence, vous ne trouverez pas des recherches scientifiques sur la question, je ne fais que partager mon opinion.

Les pires connards

Au plus haut niveau, les pires connards sont les politiciens qui nient le changement climatique et qui prennent de l’argent des industries qui émettent le plus de gaz à effet de serre. La grande majorité de ces politiciens mentent consciemment au public et abusent de leur pouvoir. Ils sont censés représenter les intérêts des personnes qui votent pour eux, mais ils choisissent de défendre les intérêts financiers des entreprises qui les paient. Je vois cela comme une corruption totale qui menace l’existence de notre espèce. Cela les place au sommet de notre échelle.

Super-connards

Juste en dessous se trouvent les personnes qui propagent consciemment de fausses informations sur le changement climatique. Nous trouvons ici les entreprises qui ont un intérêt direct à nier les effets des gaz à effet de serre, ainsi que les quelques scientifiques, journalistes, ‘experts’ et lobbyistes qui sont prêts à sacrifier leur crédibilité et leur intégrité en propageant ces mensonges rentables. Les sociétés pétrolières étaient conscientes des effets des émissions de CO2 bien avant la population générale, mais elles avaient décidé d’enterrer leurs propres recherches et de financer la diffusion de désinformation et de pseudo-science. Malgré leurs actions, je trouve qu’ils sont un tout petit peu moins coupables que les politiciens de la première catégorie. Ce sont des personnes puissantes, mais privées, qui protègent leurs intérêts financiers tout en mettant en danger la vie de tout le monde. Ils n’ont pas juré de défendre l’intérêt public. Ce serait bien de leur part de cesser de corrompre nos institutions démocratiques et de rédiriger l’argent qu’ils dépensent pour promouvoir de la pseudo-science pour résoudre les problèmes qu’ils créent.

Les connards

La troisième catégorie de connards qui nient le changement climatique est probablement celle qui suscitera le plus de controverse. Je considère que la plupart des politiciens de gauche sont engagés dans une forme de négation du climat. Ils parlent de la crise écologique, mais ne proposent pas de solutions suffisamment radicales. Les scientifiques nous disent que nous avons très peu de temps pour procéder à une restructuration spectaculaire de nos économies. Très peu de politiciens de gauche proposent des solutions à la hauteur des solutions dont nous avons besoin. Même les partis verts prétendent souvent que nous pouvons résoudre le problème en changeant nos ampoules et en taxant un peu plus les émissions de carbone. J’apprécie le fait qu’ils reconnaissent l’existence de ces problèmes, mais pas leur manque d’engagement sérieux. Ceci, combiné au pouvoir qu’ils ont, les place dans la catégorie des connards.

Rusés par des connards

Je sais que beaucoup de gens seraient surpris, mais je ne considère pas les gens normaux qui nient le changement climatique comme des connards. Être en déni ou être mal informé et mal éduqué ne fait pas de vous une mauvaise personne. Leurs croyances, leurs choix personnels en tant que consommateurs et leurs choix en tant que citoyens ont des conséquences négatives, mais ils ne sont pas réellement en position de pouvoir. Je ne pense pas que nous devrions blâmer ces personnes pour les croyances qu’elles ont, nous devrions essayer de trouver des moyens de communiquer avec elles, aussi difficile que ce soit. Le changement climatique est vraiment effrayant. Personne ne veut se sentir même partiellement responsable de la destruction des chances de survie de notre espèce. Le déni est une réaction compréhensible, mais très dangereuse.

Inaction confortable

Beaucoup de gens ordinaires connaissent bien les dangers du changement climatique, mais ne réagissent pas de manière adéquate. Je m’inclus dans cette catégorie. Je suis tout à fait conscient de la gravité du changement climatique et de la crise environnementale en général, mais mes priorités ne reflètent pas mon savoir. Je sais que je pourrais faire tellement plus, en tant qu’individu, en tant que citoyen et en tant que professionnel, chaque jour. Je sais que chaque action compte. Je pense que mon incapacité d’agir efficacement et systématiquement constitue également un certain type de déni. Le changement climatique est un sujet très abstrait, et mon cerveau n’est pas en mesure de le gérer de manière appropriée, il fonctionne beaucoup mieux face aux menaces plus concrètes et immédiates.

En conclusion, vous n’êtes pas un connard. Je doute sérieusement que des politiciens ou des actionnaires de compagnies pétrolières liront cet article. Nous devrions être en colère contre les gens puissants et utiliser notre compassion et notre patience pour communiquer avec nos concitoyens. Le déni du climat est une croyance dangereuse et le seul moyen de le déraciner de notre conscience est à travers la communication.

SouteneurDepuis
Fabio K. 06/2016
Bradley Davis04/2017
Sandra Debosschere05/2017
Yordan Petkov06/2017
Marinella Cara07/2017
Danielle Marsh03/2018
Annie Andreoletti04/2018
Mel Picard08/2018
Sven Steinert09/2018
Veronique Thellier11/2018
Devin Ford11/2018
Brittany Morris11/2018
Christiane Hoyos12/2018
Kylie Bull01/2019
Claudia Borges01/2019
Glen Hootman01/2019
Sébastien Thirard02/2019
Frédérique Moors02/2019
Steve the Bartender02/2019
Angélique Fonteneau03/2019
Barbara Zimmerman03/2019
Marit Enge04/2019
Jana Novak06/2019
Shannon Hanaway08/2019
Lea Jenny08/2019
Mathias 08/2019
Guro Elvenes08/2019
Sébastien THIRARD08/2019
Tanja Meschkat08/2019

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *