Comment ça se fait qu’un homard a été «tatoué» avec logo Pepsi ?

Des pêcheurs canadiens ont découvert un homard qui portait le logo bleu et rouge de Pepsi sur sa pince. L’image a fait le tour du monde suscitant des inquiétudes quant à la pollution des océans. Le homard a ré-ouvert les débats autours de la quantité de plastique qui est quotidiennement jeté dans les océans. L’éventement a également suscité un débat sur la provenance de ce ‘tatouage’.

Karissa Lindstrand a pris la photo du homard qui a été piégé dans les eaux du Grand Manan à New Brunswick. Étant une grande fan de Pepsi, elle a vite repéré qu’il y avait quelque chose de bizarre sur la pince de cet homard. “J’ai pensé:” Oh, c’est une canette de Pepsi “, a-t-elle dit. En y regardant de plus près, cela ressemblait plus à un tatouage sur la pince. “On aurait dit que c’était une impression posée sur la pince de homard.”

The ‘tattooed’ lobster was found off New Brunswick, Canada. Photograph: Karissa Lindstrand via The Guardian

 

Comment est-ce possible?

Un bout de canette peut-il s’imprimer ainsi sur le crustacé? La question demeure sans réponse définitive, malgré les spéculations. Certains croient qu’un bout de boîte s’est coincé sur le homard, tandis que d’autres présument que le homard a grandi dans une cannette de Pepsi qui se trouvait sur le fond de l’océan. Lindstrand conteste ces théories. L’image sur la griffe était pixelisée, a-t-elle dit, suggérant qu’elle ne pouvait pas provenir d’une canette. Et l’image sur une boîte de Pepsi est beaucoup trop grande pour être ce qu’elle a vu sur la pince. Le logo semblait provenir d’une image imprimée, mais le papier se serait détérioré dans l’océan. “J’essaie toujours de comprendre ce que c’est exactement,” dit-elle.

Un problème global

Quoi qu’il en soit, ce qui est certain c’est que nos océans n’ont jamais été aussi pollués qu’aujourd’hui. La découverte renforce les préoccupations croissantes sur la quantité de débris accumulés dans les océans du monde. Entre 5 et 13 millions de tonnes de plastique pénètrent dans les océans chaque année. Une grande quantités de ces déchets sont ingérées par les oiseaux de mer, les poissons et par d’autres organismes. La situation est tellement dramatique, que certaines personnes comme Dame Ellen MacArthur, suggèrent que le poids du plastique accumulé dépassera le poids des poissons dans l’océan avant 2050.

Pour Lindstrand, le homard tatoué n’est qu’un exemple de l’ampleur des déchets qui finissent dans l’océan. “Nous ne voyons pas les déchets flotter autour de nous quand nous sommes là-bas”, a-t-elle dit. “Mais je vois des choses le long des rivages, des débris qui finissent sur les plages ou sur les flancs des falaises “

 

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *