La viande n’est pas le seul aliment qui nuit à l’environnement…

Nous avons beaucoup parlé du lien entre nos choix alimentaires et la destruction de l’environnement. J’ai souvent souligné que les produits animaux pèsent lourd sur notre budget écologique, dans cet article nous allons élargir le contexte. Nous savons que la consommation de produits animaux est la principale cause de déforestation, elle entraîne de la pollution et provoque l’émission d’importantes quantités de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Le choix de diminuer sérieusement ou d’éliminer totalement la consommation de ces produits est une réaction logique face à la crise environnementale. Même si les produits animaux sont parmi les plus nocifs, l’impact de notre alimentation sur l’environnement ne se limite pas à la consommation de viande. Certains aliments d’origine végétale peuvent être liés à la destruction des forêts, au gaspillage d’eau, à la pollution etc .

Avant de passer à quelques exemples concrets mentionnons quelques idées générales. Si nous souhaitons diminuer l’impact de notre alimentation nous devons nous interroger de la provenance des produits que nous achetons. Si le produit a un certificat qu’il provient d’une agriculture responsable ou du ‘fair-trade’, vous avez au moins une sorte d’indication rassurante. Évidement, cela ne veut pas dire que le produit n’a causé aucun dégât ou que les agriculteurs ont vraiment été payé d’une manière équitable. Essayez de vous informer de la provenance des produits que vous achetez et essayez de consommer le plus localement possible. Considérez également les saisons, ce n’est pas si mal d’attendre quelques mois pour manger votre fruit ou légume préféré. Ça rend le moment encore plus spécial. Un dernier conseil général c’est de manger le moins de produits raffinés et préfabriqués. Généralement leur production nécessite plus d’énergie et de produits.

Les avocats

La popularité croissante des avocats a provoqué une explosion de leur production. En termes de quelques années un ingrédient exotique s’est transformé dans un produit très recherché. L’Union Européenne importe environ 440000 tonnes d’avocats chaque année, les États-Unis en consomment presque 500000 tonnes. Le Mexique est le principal producteur mondial qui maintient 30 % du marché, soit 4.7 millions de tonnes. L’appétit international sans précédent alimente indirectement la déforestation illégale et la dégradation de l’environnement. L’explosion de la demande d’avocats a créé une explosion proportionnelle de la production. Ce n’est pas au hasard qu’au Mexique on a dénommé les avocats ‘l’or vert’. Nous ne pouvons pas nous attendre qu’une telle  production supplémentaire sera faite d’une manière responsable et durable.

Est-ce que je vous qu’il ne faut plus jamais manger des avocats? Non, je pense juste que probablement ce n’est pas une bonne idée de les incorporer dans notre alimentation quotidienne. Les avocats ont des micronutriments important, mais ils ne contiennent rien qu’on ne puisse pas facilement trouver dans des produits locaux. Les vitamines K et E, l’acide folique, les fibres et les bonnes graisses peuvent être facilement trouvés dans des simples produits qui poussent sous nos latitudes.

L’huile de palme

L’huile de palme se trouve dans une très large variété de produits, il est particulièrement difficile à éviter. Énormément d’aliment préfabriqués contiennent de l’huile de palme, ainsi que la vaste majorité des produits cosmétiques. Le palmier à huile ne pousse que dans les zones tropicales. De vastes plantations ont été établies dans ces régions – sur des terres qui auparavant étaient couvertes de forêts tropicales à haute valeur de conservation. Ces forêts ont non seulement le plus grand nombre d’espèces d’arbres par hectare, mais aussi une énorme quantité d’autres espèces animales et végétales. Ce qui est problématique avec le boycott de l’huile de palme, c’est que les alternatives ne sont pas vraiment meilleurs. La production d’huile demande toujours beaucoup de terre et d’autres ressources. Au moins les huiles qui ne sont pas produites dans les régions tropicales ne détruisent pas les régions les plus bio-diverses du monde. Cherchez des produits certifiés et essayez de réduire votre consommation d’huile de manière générale.

Le chocolat

C’est le point qui me touche le plus, car j’adore le chocolat et le cacao en général. Le problème c’est que l’industrie du chocolat est à la source de la déforestation dévastatrice qui a touché l’Afrique occidentale. Du cacao issu de la déforestation illégale a été trouvé dans les produits des  plus grandes marques de desserts. Plus de 70% du cacao mondial est produit par environ 2 millions de fermiers entre le Sierra Leone et le Cameroun. La cote d’ivoire et le Ghana sont les plus grands producteurs de cacao et sont également parmi les pires victimes de la déforestation. La cote d’ivoire perd ses forets le plus rapidement de toutes les nations africaines. Encore une fois, c’est une bonne idée de baisser notre consommation et de chercher du cacao et du chocolat qui est certifié, même si cette certification ne reflète pas nécessairement que le produit est totalement durable.

Il y a un problème général que le boycott des produits ne peut pas résoudre… Nous pouvons et nous devons boycotter des produits qui provoquent de la déforestation, mais nous devons garder en tête le fait que les forêts tropicales auront toujours de la valeur. Les gens chercheront toujours des manières pour extraire leurs richesses afin de les convertir en argent. En tant que société globale nous devons nous mettre d’accord sur le fait que ces forêts ont une très haute valeur pour tout le monde quand elles sont intactes.  Les institutions internationales doivent faire en sorte que la conservation des forêts devienne une activité qui est économiquement bénéfique pour les habitants des pays. Toute la planète profite de leur existence et de leur préservation.

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *