Nous sommes en train de déclencher une nouvelle ‘boucle de rétroaction’

Une nouvelle étude publiée au journal Nature Communications nous avertit que les émissions de méthane des lacs de l’hémisphère nord pourraient doubler au cours des 50 prochaines années en raison d’une nouvelle ”boucle de rétroaction”.

Le changement climatique favorise la propagation des massettes ou ‘quenouilles’ qui poussent autours les lacs. Le problème survient lorsque les ‘têtes’ des massettes tombent dans l’eau du lac. En se décomposant elles provoquent une augmentation significative de la quantité de méthane produite. Le méthane est un gaz à effet de serre qui est 25 fois plus puissant et qui agit plus rapidement que le CO2.  Les lacs produisent du méthane à cause des microbes qui vivent dans les sédiments au fond des lacs. Ils consomment de la matière organique qui tombe dans l’eau des plantes et des arbres qui vivent près du rivage et dégagent du méthane dans l’atmosphère. Les scientifiques ont découvert que la matière organique des massettes provoque 400 fois plus d’émissions de méthane comparé à celle des arbres conifères.

Les scientifiques estiment que le nombre de lacs nordiques qui sont colonisés par les massettes pourrait doubler entre 2041 et 2070. Ceci résultera dans une augmentation de la production de méthane des lacs ”d’au moins 73% durant la saison de croissance”.  Il est important de noter que les lacs d’eau douce contribuent déjà à environ 16% des émissions naturelles de méthane produite par la Terre.

Voici encore une ‘boucle de rétroaction’ climatique que nous risquons de déclencher. Le problème avec ce genre de boucles de rétroaction consiste dans le fait que nous provoquons un mécanisme que nous ne pouvons plus contrôler et qui amplifie d’avantage le problème qui l’a généré. Nous pouvons en théorie réduire nos propres émissions, mais nous ne pouvons pas réduire celles qui sont émises par les processus naturels que nous déclenchons en déstabilisant le climat. Vous pouvez voir d’autres exemples de boucles de rétroaction en suivant ce lien.

Dr Andrew Tanentzap a déclaré dans une interview devant la BBC que toute une série de plantes aquatiques, telles que les massettes, se déplacent vers le nord à cause des températures chaudes, dans une partie du monde qui est dominé par les lacs.

Source : BBC    sciencedaily

 

 

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *