Êtes vous un végan refoulé?

Internet-Troll véganVous avez sans doute déjà croisé des personnes qui défendent leurs habitudes alimentaires  vigoureusement et avec une persistance étonnante. Ça peut être tout, à partir d’un simple commentaire ‘j’adore le jambon‘ et ‘je vais me manger un steak tout de suitejusqu’à des ‘arguments‘ plus élaborés sur des sujets comme ‘le cercle de vie‘, ‘les protéines‘, ‘l’évolution‘ etc. Parfois ça peut être un commentaire d’une seule ligne, mais ça peut aussi être un mur de texte rempli d’idées reçues. Les faits, le bon sens et les études scientifiques peuvent sembler inefficaces dans cette bataille !  Qu’est-ce qui motive ces personnes à s’exprimer avec une telle énergie?

Le déni

Face à n’importe quel problème notre première réaction est de nier son existence. Notre cerveau fait en sorte que l’information reste coincée dans l’inconscient ce qui empeche la prise de conscience. Quand ces informations arrivent de l’extérieur, ce contenu inconscient est forcé à la surface consciente, ce qui allume des mécanismes de défense. Chacun de nous aime bien sa zone de confort et nous pouvons être très résistants face à des idées qui vont nous sortir de là. Ceci est d’avantage le cas quand le problème auquel on fait face n’est pas directement présent dans notre vie : nous ne voyons pas les horreurs des abattoirs, et nous  ne pouvons pas observer nous mêmes les effets de la pollution et du changement climatique.

Pendant cette première étape nous allons nier l’existence du problème par tous les moyens possibles. La résistance psychologique à des vérités objectives se manifestera par la réaffirmation de toute justification concevable. L’esprit critique  que la personne possède est désactivé ce qui permet à une vision déformé de la réalité de se maintenir dans son conscient.  Aveuglés par une fausse vision du monde, ils se sentent obligés de la défendre. Il s’agit d’une fausse identification du soi, c’est comme si avec le changement d’alimentation ils vont perdre leur identité. Le fait d’admettre son pouvoir de choix et la responsabilité qui en découle mettra la personne dans la situation inconfortable de devoir agir et changer, ou de se sentir coupable.

La réaction agressive qui en découle n’est rien d’autre qu’un mécanisme de défense. L’esprit conscient perçoit que les conséquences de l’acceptation de certains faits vont induire des changements trop importants. Le premier pas vers l’acceptation et la fin du déni c’est  d’admettre qu’en tant qu’humanité nous avons des sérieux problèmes. Tout ce qu’on a fait au passé n’est pas forcement quelque chose que nous voulons continuer à faire dans le futur. Nous avons peut être eu besoin de manger des produits animaux au passé, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Tant que nous sommes en déni, tout le bon sens et toutes les études scientifiques ne seraient pas suffisants de nous changer les idées. On peut lire de centaines d’études de sources internationales réputées, mais si on est en déni, on choisira de croire à une autre étude qui renforce notre point de vue, même si elle est financé par l’industrie de la viande, du lait et des œufs. Nous avons déjà vu ce même schéma se reproduire avec le tabac. Toutes les études scientifiques disaient que c’est mauvais pour la santé alors que toutes les études financés par l’industrie du tabac montraient que c’est bénéfique pour la santé. Si je ne me sens pas prêt de penser à arrêter de fumer, je pourrais encore aujourd’hui croire et faire référence aux études qui disaient que fumer c’est bien pour les poumons.

La volonté de changer ne peut venir que de l’intérieur

Une fois que nous sommes libres du voile du  déni qui pèse sur notre conscience, agir dévient beaucoup plus facile que ce qu’on s’imaginait à la base. Beaucoup de gens expriment leur peur que quelqu’un va leur imposer son point de vue ou son mode de vie. La réalité c’est que cela ne peut pas arriver, un véritable changement ne peut venir que de l’intérieur. Tout ce que nous pouvons faire c’est de continuer à donner de l’information, mais c’est à la personne même de faire le déclic. Suis-je trop optimiste pour croire qu’on va y arriver?


Cet article fait partie de la série “Tous les arguments contre le véganisme”, où nous examinons avec un œil critique l’océan d’idées reçues et de désinformation qui entourent le véganisme. Consultez la catégorie ‘Les arguments’ pour trouver les autres articles et souscrivez-vous à notre Newsletter juste en dessous et suivez notre page Facebook pour les articles à venir.  Est-ce qu’il y a un argument sur lequel vous voudriez voir un article? Dites-nous dans les commentaires ici en dessous, ou envoyez-nous un message sur notre page.

2 thoughts on “Êtes vous un végan refoulé?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *