Le mois d’avril le plus chaud a frappé le Pakistan

Une ville pakistanaise a établi un record mondial de température pour le mois d’avril. Pakistan est un pays connu pour sa chaleur, mais les températures du mois d’avril ont choqué tout le monde.

Le record a été enregistré dans la ville Nawabshah  qui se trouve dans le sud du pays. A la fin du mois passé  les thermomètres de la ville ont dépassé les 50 ° C. Cette chaleur a provoqué de la panique dans la ville, car l’été ne vient que de commencer. Que se passerait-il si les températures continuent à grimper durant les mois à venir?

“Nous sommes inquiets que la chaleur extrême ait commencé trop tôt cet été, et nous prévoyons de migrer vers d’autres villes si la situation reste la même”, a déclaré un habitant de la ville, Ismail Domki. Le directeur général du département météorologique du Pakistan, Ghulam Rasool, a déclaré: “Nous avons publié des prévisions sur la chaleur extrême dans la province de Sindh, mais nous n’attendions pas de record du monde durant le mois d’avril.”

Domki a déclaré que la réponse officielle a été inadéquate. “Il n’y a pas de réponse de la part du gouvernement, au moins 24 cas de coup de chaleur ont été signalés le 30 avril et cinq d’entre eux ont provoqué des graves de pertes de conscience”, a-t-il dit, ajoutant que ces cas étaient connus à l’hôpital gouvernemental.

La chaleur insupportable a obligé les habitants à passer leurs journées à l’intérieur, les marchés et les rues commerciales étaient vides, selon un article du journal Dawn.

L’année dernière, le Pakistan figurait parmi les 10 pays les plus vulnérables au changement climatique. Une forte vague de chaleur dans la ville portuaire de Karachi, dans le sud du pays, a fait plus de 1 200 morts en 2015, et plus de 40 000 personnes ont souffert d’un coup de chaleur.

Le changement climatique est en train de rendre certaines régions du monde invivables, ce qui provoquera inévitablement des vagues de migration à l’intérieur de ces pays et entre différents pays.

“Le changement climatique est l’ingrédient imprévisible qui, ajouté aux tensions sociales, économiques et politiques existantes, a le potentiel d’enflammer la violence et les conflits avec des conséquences désastreuses”, a déclaré le directeur exécutif de l’EJF, Steve Trent. “Dans notre monde en évolution rapide, le changement climatique – et son potentiel de déclencher à la fois des conflits violents et des migrations massives – doit être considéré comme une priorité urgente pour les politiciens et pour les chefs d’entreprise.” Vous trouverez plus de détails dans cet article.

Sources : nytimes    theguardian

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *