Un champignon qui va sauver les abeilles?

Nous entendons de plus en plus de nouvelles alarmantes qui portent sur la santé des abeilles. Les causes sont multiples : pesticides, parasites, déforestation, pollution, mauvaise gestion des ruches. De toutes ces causes liées à l’effondrement des colonies, la propagation d’un parasite appelé Varroa destructor vient au dessus de liste. Le varroa est un acarien originaire de l’Asie du Sud-Est où il vit aux dépens de l’abeille asiatique Apis Cerana,  qui est bien équipée pour résister ses attaques. Malheureusement, l’abeille domestique européenne est extrêmement vulnérable face à ce parasite. Il est apparu en Europe dans les années 70 et a causé énormément de dégâts depuis. Le Varroa s’est propagé sur l’échelle mondiale et aujourd’hui il constitue un problème global qui ne concerne pas seulement les abeilles et les apiculteurs…

Le virus

Dès que le parasite infeste une colonie il se met à se multiplier rapidement. Il est très agile et arrive à infiltrer le couvain de la ruche où il s’accroche à l’abeille. Il est souvent dénommé le vampire des abeilles parce qu’il boit littéralement leurs sang. Il prive les nymphes et les abeilles adultes de nutriments importants et accélère le vieillissement de l’abeille. Encore pire, le parasite est porteur d’un virus qui cause encore plus de dégâts, en déformant les ailes des abeilles. Le parasite et les virus sont une combinaisons mortelle, qui peut totalement anéantir une colonie d’abeilles en moins de deux ans. Les apiculteurs ont essayé de combattre le parasite à l’aide de produits chimiques, mais il a vite commencé à développer une résistance. Les apiculteurs ont du multiplier les dosages pour essayer de contenir le parasite, mais sans succès.

 “Nous sommes allés sur la lune, nous sommes allés sur Mars, mais nous ne connaissons pas l’abeille?” a demandé Paul Stamets, le mycologue qui est au centre de cette histoire.

La solution

Stamets n’est pas un expert dans le domaine des abeilles, mais il a eu la chance d’observer leur comportement et il a réussi à venir à une découverte qui changera probablement l’avenir de l’apiculture. Il a contemplé le comportement des abeilles dans son propre jardin où il fait pousser une variété de champignons médicinaux. Les abeilles se nourrissaient très régulièrement du jus qui sortait du mycélium qui secrète des enzymes. Stamets a fait une autre constatation importante, il a compris le lien qui existe entre les ours, les arbres et les abeilles que nous avons tous constaté en regardant Winnie l’ourson. Quand les ourses taillent leurs griffes ils causent des dégâts aux arbres ce qui permet à certains champignons de les infiltrer. Les abeilles profitent de cette occasion pour renforcer leur santé en consommant les enzymes produites par les champignons. Il avait déjà étudié les propriétés anti-virales d’un type de champignons qui pousse dans les anciennes forêts de Washington. Il a découvert que les extraits de ce champignon peuvent être efficaces pour combattre des virus tels que la variole et la grippe aviaire. Il s’est demandé si les abeilles vont également bénéficier. ”Les abeilles ont des systèmes immunitaires, tout comme nous. Les champignons sont comme des petites usines pharmaceutiques.” Stamets a commencé de nourrir des extraits liquides de ces champignons de forêts ( l’Amadouvier /Fomes fomentarius) aux abeilles infectées.

En seulement dix jours de traitement, l’extrait de champignons a réussi à réduire l’occurrence du virus qui déforme leurs ailes jusqu’à 1000 fois.

 

Paul Stamets détient le brevet de cette invention et travaille intensivement pour faire connaître ce remède dans le monde entier. Vous pouvez découvrir plus d’information et soutenir son travail en visitant ce site : http://bees.wsu.edu/ Ce champignon n’est qu’une partie de la solution, il y a beaucoup de facteurs qui nuisent à la santé des abeilles et des autres pollinisateurs, tels que l’utilisation de pesticides et la déforestation.

 

 

Aleks Evtimov

Blogueur. Créateur de www.veganews.eu

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *