Au Brésil, les partis conservateurs espèrent bousiller les réglementations environnementales

Le congrès brésilien est dominé par une coalition conservatrice, qui menace une fois de plus de déréguler les protections environnementales. Leur stratégie est de modifier les réglementations avant le début des campagnes pour les élections présidentielles d’octobre.

Dans la politique le terme ‘conservateur’ est toujours utilisé d’une manière très paradoxale. J’ai du mal à comprendre ce qu’un parti conservateur et nationaliste voudrait ‘conserver’ si ce n’est pas l’environnement du pays qu’il prétend vénérer. Évidemment, dans la pratique, les parties conservateurs cherchent à conserver certaines croyances religieuses, certaines normes culturelles et certaines idéologies économiques. Le Brésil ne fait pas exception.

La législation qu’ils essaient de faire passer vise à ouvrir la forêt amazonienne à la culture de la canne à sucre qui a été interdite en 2009 en raison de la déforestation qu’elle engendrait. Une autre législation qui est sur la table de négociation affaiblirait les exigences des permis pour les infrastructures construites sur le territoire de l’Amazonie, tels que les barrages, les routes et les projets agricoles. Le coté positif c’est que la population générale est opposée à ce genre de propositions. Les efforts de dérégulation précédents ont rencontré une résistance organisée de la part des activistes environnementaux et des  groupes de protection des droits des autochtones. Des célébrités ont également participé dans l’opposition publique.

Pour l’instant les conservateurs ont eu un succès limité sur le front de la déréglementation. Leur plus grande victoire était en 2012 quand ils ont révisé une loi qui comprenait des pénalités pour toute déforestation illégale survenue en Amazonie avant 2008. La cour suprême de Brésil a malheureusement confirmé la légalité de cette loi.

Le Brésil a connu une période de succès sur le front environnemental. Entre 2004 et 2012 la quantité de forêt tropicale détruite pour l’agriculture a chuté de 84%. Malheureusement, durant les dernières années les taux de déforestation ont commencé à grimper d’une manière inquiétante. Le futur de la forêt dépendra du paysage politique du pays, malheureusement l’avenir n’a pas l’air brillant, nous avons observé une montée des parties de droite et d’extrême droite durant les dernières années. Ils se sont rassemblés dans un groupe appelé ‘ Bullets, Bible and Beef ‘ (Balles, Bible et Boeuf), leur nom me dit assez sur la vision politique qu’ils poursuivent…

Sources : nature   theconversation

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *